4 étapes pour recâbler votre cerveau et vous sentir plus heureux |

Le soleil est au rendez-vous, délicieusement chaud et je suis dans la mer. L'eau salée me pique les yeux alors que je nage loin du rivage. Je m'arrête brusquement et me retourne sur le dos. Mes jambes flottent et j'étoile de mer tout en regardant le ciel. Je me connecte avec moi-même, avec tous mes moi passés et tous mes moi futurs. Ensuite, j'envoie de la compassion, du pardon et de l'amour, comme je l'ai fait plusieurs fois auparavant. Je fais consciemment ce petit pas pour renforcer ma résilience et me sentir plus heureux.

je me sens heureuxL'une des découvertes les plus passionnantes des neurosciences récentes est la capacité de notre esprit à remodeler notre cerveau, quel que soit notre âge. Jusqu'à récemment, les neuroscientifiques croyaient que notre cerveau était complètement développé avant l'âge adulte. Nos gènes et nos expériences d'enfance ont façonné nos capacités mentales jusqu'à notre adolescence. Après cela, les cerveaux que nous avions étaient ceux avec lesquels nous étions coincés.



Cette hypothèse était principalement basée sur des informations recueillies à partir d'images cérébrales détaillées mais statiques. Puis quelque chose d'étonnant s'est produit. Les scientifiques ont découvert un moyen d'effectuer des scintigraphies cérébrales pendant que notre cerveau fonctionne. Ces analyses en direct ont révélé l'incroyable capacité de changement de notre cerveau, connue sous le nom de neuroplasticité.

Dans son livre, Câblage Bonheur , le neuroscientifique Rick Hansen explique comment fonctionne la neuroplasticité de notre cerveau et comment nous pouvons l'utiliser pour renforcer la résilience et nous sentir plus heureux au fil du temps.

Nos activités mentales façonnent notre cerveau comme une rivière façonne la terre.

Toutes les activités mentales - images, sons, pensées, émotions et processus conscients et inconscients - sont le résultat de l'excitation des neurones. La plupart des neurones traversent le cerveau et n'ont aucun impact durable. Mais une activité neuronale intense, prolongée ou répétée laisse une empreinte durable à travers laquelle les futurs neurones sont susceptibles de circuler. Comme une rivière façonne la terre, plus nous pensons et ressentons d'une certaine manière, plus le lit de la rivière devient profond et plus nous sommes susceptibles de penser et de ressentir de la même manière à l'avenir.

Table des matières

Nos cerveaux sont câblés avec un biais négatif. je me sens heureux

Nos ancêtres n'avaient pas besoin d'être heureux pour survivre, mais ils devaient être sensibles aux menaces, aux pertes et aux conflits. Ainsi, les expériences négatives sont plus susceptibles de laisser un impact durable sur notre cerveau que les expériences positives. Cela peut expliquer, en partie, pourquoi un événement difficile de la vie, tel qu'un divorce, peut entraîner une dépression à long terme. Il est tout à fait naturel d'avoir des pensées et des sentiments négatifs à propos d'un événement pénible.

Cependant, si nous avons également des expériences difficiles au début de la vie, les pensées et les sentiments négatifs sont plus susceptibles de persister. La pensée négative habituelle provoque une mauvaise humeur persistante. Une humeur maussade prolongée peut se transformer en un trait neural entraînant une tendance stable à la dépression. Les traits neuronaux négatifs affectent nos habitudes de sommeil, notre mémoire, nos hormones et notre système immunitaire.

La bonne nouvelle : la neuroplasticité s'applique également aux états émotionnels positifs.

Nous éprouvons tous des moments de joie, de contentement et de gratitude dans nos vies. Hanson suggère que lorsque nous accordons une attention soutenue et consciente à la moindre des expériences positives, nous créons un état mental positif et construisons des voies neuronales positives. Lorsque nous assistons habituellement à des expériences positives, non seulement nous augmentons la probabilité de futurs sentiments positifs, mais nous renforçons notre résilience aux expériences négatives.

Ce n'est pas de la 'pensée positive'.

Les pensées et les sentiments négatifs ne sont pas seulement sains, mais ils sont essentiels à notre survie. Par exemple, des émotions telles que l'anxiété et le chagrin nous motivent à rechercher la sécurité et la connexion. Faire consciemment attention à nos expériences positives ne vise pas à bloquer les émotions négatives. Au contraire, cela nous aide à contrebalancer, à ravitailler et à réparer le bilan négatif quistress de la viea sur notre cerveau.

4 façons de recâbler votre cerveau pour vous sentir plus heureux

Assister à des expériences positives, ou ce que Hansen appelle « prendre le bien », ne se limite pas à se concentrer uniquement sur des événements externes. Une expérience peut aussi être une idée ou un souvenir. Lorsque nous passons du temps à penser consciemment à quelque chose de positif, à remarquer ce que cela nous fait ressentir, à prendre plusieurs respirations, à le laisser pénétrer, nous intériorisons ses effets positifs. Pour absorber le bien, Hansen suggère ces quatre étapes (dont la dernière est facultative) afin de se sentir plus heureux.

1. Avoir ou créer une expérience positive.

Avoir une expérience positive signifie profiter d'une situation, d'un événement ou d'un objet suffisamment longtemps pour activer un état mental positif. Prendre conscience d'un plaisir physique, d'un accomplissement ou d'un sentiment positif d'être proche de quelqu'un. Ou vous pouvez aussi passer du temps à penser à des choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant.

2. Enrichir l'expérience.

Restez avec les sentiments positifs pendant 10 secondes ou plus. Engagez vos sens : ressentez-le dans votre corps, laissez-le remplir votre esprit et profitez-en. Intensifiez-le en prenant conscience de la raison pour laquelle vous le trouvez agréable, pourquoi il est personnellement pertinent ou comment il aura un impact positif sur votre vie.

3. Absorbez l'expérience.

Visualisez et sentez que l'expérience s'enfonce en vous au fur et à mesure que vous vous y enfoncez. Sentez-le vous apaiser. Sachez que l'expérience est une ressource que vous pouvez utiliser.

4. Reliez l'expérience positive à du matériel négatif ou anxiogène.

Tout en ayant un sens vif et stable d'une expérience positive au premier plan de votre conscience, prenez également conscience d'une expérience négative en arrière-plan. Par exemple, si vous sentez que vous avez un sentiment d'appartenance à l'expérience actuelle, vous pouvez évoquer un moment où vous vous êtes senti seul dans le passé.

J'ajouterais plusieurs suggestions à la quatrième étape de Hansen. Au début, je suggère d'évoquer une expérience non traumatisante ou une expérience qui ne vous dérange pas trop. Pratiquez l'auto-compassion en faisant cela. Repensez à votre passé dans la situation difficile et faites preuve de compassion, d'amour et (si nécessaire) de pardon, comme vous le feriez avec un ami cher.

je me sens heureux

Pratiquer l'auto-compassion tout en profitant du bien augmente non seulement votre capacité de bonheur, mais renforce votre résilience, augmentant votre capacité à rebondir face aux difficultés futures. De plus, lorsque vous pratiquez souvent ces étapes, vous obtenez le bonus supplémentaire d'une sensibilité accrue aux nombreux exemples positifs de votre vie en ce moment.

Lire la suite :

Soyez plus heureux et en meilleure santé : les bienfaits de la gratitude

Recâblez votre cerveau et sentez-vous plus heureux : embrassez votre critique intérieur

Recâblez votre cerveau et sentez-vous plus heureux : 3 étapes pour abandonner les pensées négatives

4 façons de recâbler votre cerveau et de vous sentir plus heureux

Références

Antoine Damase. (mille neuf cent quatre vingt seize). Erreur de rejet.

Paul Gilbert. (2010). L'esprit compatissant.

Daniel Golem. (1996). Intelligence émotionnelle.

Rick Hanson. (2013). Câblage Bonheur. La nouvelle science du cerveau du contentement, du calme et de la confiance.

Karla Mc Laren. (2013). L'art de l'empathie : un guide complet de la compétence la plus essentielle de la vie.

Dan Sigel. (2010). Mindsight : la nouvelle science de la transformation personnelle.

Bessel van der Kolk. (2014). Le corps garde le score : le cerveau, l'esprit et le corps dans la guérison des traumatismes

As-tu aimé cet article? Inscrivez-vous (c'est gratuit !) et nous vous enverrons de superbes articles comme celui-ci chaque semaine.

Recommandé